Il y a un an Equalis Capital lançait son indice de capitalisation des sociétés non cotées à actionnariat salarié. Pour sa première année de calcul, l’indice Equalis affichait une hausse de 23,3%. En 2017 la progression est encore plus spectaculaire puisqu’elle atteint 40,6%.

Nous laisserons aux économistes le soin de se prononcer sur l’influence positive de l’actionnariat salarié sur la performance et la valeur de l’entreprise. Pour notre part, nous nous contentons de constater qu’il n’y a pas de meilleur investissement financier que d’être actionnaire de son entreprise. Naturellement, pour celles et ceux qui en ont les moyens, la résidence principale demeure à juste titre le placement patrimonial préféré. C’est pourquoi les règles de fonctionnement de l’épargne salariale font de l’acquisition de la résidence principale un cas de déblocage de son actionnariat salarié. Lequel est en retour l’un des moteurs de l’accès à la propriété.

Dans un contexte de décrochage tendanciel des revenus du travail par rapport à ceux du capital, capitaliser sur son travail via l’actionnariat salarié est une solution qui fonctionne. C’est aussi un levier puissant de cohésion et donc de dynamisme économique.

Face au risque d’Ubérisation de l’économie, nous sommes fiers au sein d’Equalis Capital d’œuvrer pour l’Equalisation des situations.

L’indice calculé au 30 juin 2017 ressort à 1734, soit une progression de 73,4% en deux ans.

Indice Equalis

  • Indice Equalis (base 1000 au 30 juin 2015)

Baromètre de l'actionnariat salarié non coté